Promenons-nous dans les bois!

La forêt, son ombrage l’été, la couleur de ses feuillages en automne : qu’on aime s’y promener, y pique-niquer ou s‘y reposer !
Mais dans les hautes herbes des sous-bois, dans les arbustes et buissons, en lisière de forêt ou dans les champs, un petit arthropode1 guette pour s’agripper à notre peau et se nourrir de sang: la tique. On trouve des tiques toute l’année, mais elles sont particulièrement actives de mars à novembre.

 

Des tiques assoiffées de sang

Les tiques ont trois stades de développement: larve, nymphe et adulte. Pour passer d’un stade à l’autre, un repas de sang est chaque fois nécessaire.
Ces acariens2 grimpent donc au sommet des hautes herbes, jusqu’à 1.5 m du sol et s’agrippent aux animaux et aux humains qui passent à leur portée. déchirent la peau avec leurs chélicères3, puis elles piquent avec un genre de flèche, l’hypostome4. Grâce à cette flèche, elles restent solidement fixées sur notre peau et peuvent se gorger de sang pendant plusieurs heures.

Où se trouvent les tiques en Suisse :

Il existe de nombreuses espèces de tiques. La plus courante chez nous est la tique du mouton, Ixodes ricinus. Les tiques se trouvent principalement dans les régions humides où la température n’est ni trop chaude ni trop froide. Ainsi, il est rare de trouver des tiques au-dessus de 1500 m d’altitude.

 

Aidez-nous à cartographier les zones à risques

Une tique vous a piqué ? Signalez-le grâce à l’application «Tique» créée par M. Tischhauser, le Prof. Grunder et leurs collègues. Vous pouvez même leur envoyer la tique de manière anonyme. Elle sera examinée au Centre National de Référence pour les maladies transmises par les Tiques, dans les laboratoires du Prof. Greub à Lausanne, du Dr Lienhard à La Chaux-de-Fonds et de la Dre Ackermann à Spiez. Ces scientifiques détermineront si la tique est porteuse de différents microbes comme Borrelia burgdorferi, Anaplasma phagocytophilum, Rhabdochlamydia helvetica,  Francisella tularensis ou le virus TBE. Toutefois ces examens seront effectués à des fins de recherche et leurs résultats ne seront pas mis à votre disposition.
Ainsi grâce à vous, les spécialistes pourront établir une carte géographique des zones à risque pour l’une ou l’autre des maladies transmises par ces microbes. Merci de votre aide !

 

Les tiques transmettent des maladies ?

C’est vrai. La maladie de Lyme et l’encéphalite à tiques sont transmises par les tiques et peuvent avoir de sérieuses conséquences. De plus, des bactéries plus rares comme par exemple Anaplasma phagocytophilum peuvent également être transmis par les tiques. En forêt certains comportements sont sûrs alors que d’autres sont inappropriés et nous font courir des risques. Apprenons à les connaître.

Les risques

Il existe plusieurs moyens très simples pour ne pas se faire piquer par les tiques et pour éviter la transmission des microbes. Voyons cela de plus près.

Comment se protéger ?

 

 

 

 

 

Wanted

 

 

Arthropode1 = petit animal aux pattes articulées dont le squelette externe est rigide ce qui l’oblige à évoluer par mues successives. Il existe plus d’un million et demi d’espèces différentes d’arthropodes. C’est le groupe animal le plus présent sur terre. Il regroupe insectes, arachnides (araignées, scorpions et acariens), crustacés et myriapodes (mille-pattes).

Acarien2 = arthropode faisant partie, comme les araignées, du groupe des arachnides. Les acariens ont 4 paires de pattes au contraire des insectes qui n’en n’ont que 3. Il existe un grand nombre d’acariens mais la plupart ne sont pas visibles à l’œil nu. Pourtant certains, comme la tique, peuvent atteindre une taille de quelques millimètres. 

Chélicères3 = barbillons en forme de couteaux qui peuvent être déplacés latéralement et qui servent à déchirer la peau.

Hypostome4 = partie de la tête des insectes et des arachnides située sous la bouche, permettant aux tiques de « piquer » et de rester ensuite solidement ancrées dans la peau.