La plupart d’entre nous savons que boire de l’eau contaminée par des microbes entraîne des risques de problèmes intestinaux tels que crampes abdominales, coliques ou diarrhées.
En revanche, nous connaissons moins les risques d’attraper, par les voies respiratoires, un microbe présent dans les aérosols1 de l’eau.

D’où viennent les aérosols ?

Les aérosols sont produits par certains systèmes artificiels contenant de l’eau, comme par exemple :

  • les jacuzzis
  • les humidificateurs ou les brumisateurs
  • les systèmes de climatisation
  • les tours aéroréfrigérantes appelées aussi tours de refroidissement
  • les canalisations d’eau potable (robinets, pommeaux de douche, etc)
  • les fontaines avec des jets d’eau

Trop nombreux, les microbes deviennent dangereux

Les usines de traitement d’eau produisent une eau potable dont la qualité est strictement contrôlée. Cette eau contient des microbes qui ne sont généralement pas dangereux pour la santé. Mais, lorsqu’un biofilm2 se forme, la quantité de microbes à cet endroit peut devenir importante et, s’il s’agit de microbes pathogènes3, un risque de maladie peut survenir.

 

Les systèmes de climatisation ou les humidificateurs mal entretenus peuvent renfermer des biofilms et produire des aérosols. Legionella pneumophila et Parachlamydia acanthamoebae ont été découvertes lors d’épidémies causées par des aérosols provenant d’un système de climatisation (Legionella) ou d’un humidificateur (Parachlamydia). Dans les réseaux d’eau, on trouve aussi souvent des mycobactéries4 dites « atypiques », car elles sont différentes des mycobactéries les plus connues, celles qui causent la tuberculose5.

Les amibes : des réservoirs de microbes

Les amibes sont de très petits organismes constitués d’une seule cellule qui vivent dans l’eau et qui sont seulement visibles au microscope.
Les trois espèces de bactéries présentées plus haut peuvent vivre et se multiplier à l’intérieur des amibes qui servent ainsi de réservoir à ces bactéries.
Il est probable que beaucoup d’autres microbes de l’eau vivent également dans les amibes. Peut-être que certains d’entre eux peuvent provoquer des maladies respiratoires particulièrement chez les personnes dont les défenses immunitaires6 sont affaiblies, comme les jeunes enfants, les femmes enceintes, les greffés ou les malades sous chimiothérapie.

De nouveaux microbes, sans doute inoffensifs, découverts dans l’eau

Le groupe de recherche en microbiologie du Prof. Greub à Lausanne recherche de nouveaux microbes dans les amibes qui vivent dans l’eau. Il a récemment découvert plusieurs nouvelles espèces de bactéries et même des virus géants. Ils ont reçu des noms liés au lieu de leur découverte tels que Estrella lausannensis, Bosea lausannensis, Lausannevirus ou Cedratvirus lausannensis.
Pour le moment, ces microbes semblent inoffensifs pour l’homme.

Aérosols1 = petites gouttelettes d’eau qui peuvent être transportées par le vent et les courants d’air et pénétrer dans nos voies respiratoires.

Biofilm2 = communauté de microbes formant une mince couche visqueuse sur la paroi des tuyaux au sein des réseaux d’eau.

Pathogène3 = qui génère de la souffrance (du grec pathos). Ainsi, un agent pathogène est un microbe qui cause des maladies.

Mycobactérie4 = famille de bactéries présentes dans notre environnement (terre, eau, aliments, surface des plantes) pourvue d’une épaisse paroi qui les rend très résistantes. Les bactéries responsables de la tuberculose5 et de la lèpre font partie de cette famille.

Tuberculose5 = maladie infectieuse atteignant le plus souvent les poumons et provoquant toux, fièvre et perte de poids. Cette maladie peut aussi atteindre de nombreux autres organes dont par exemple, les os, les reins et le foie. Elle est causée par la bactérie Mycobacterium tuberculosis.

Défenses immunitaires6 = ensemble des mécanismes (anticorps, globules blancs,…) qui nous protègent des infections.