La bactérie Parachlamydia acanthamoebae est classée dans le même groupe que les chlamydia1. Comme ces dernières, c’est une bactérie strictement intracellulaire2. Elle a été découverte en 1989 lors d’une épidémie survenue dans une imprimerie aux Etats-Unis et provoquée par l’eau d’un humidificateur qui contenait des amibes3.

 

 

Ces amibes renfermaient des bactéries Parachlamydia acanthamoebae en leur sein.
Parachlamydia acanthamoebae se trouve dans notre environnement, notamment dans l’eau stagnante. Il est probable qu’elle se transmet par les voies respiratoires, lorsque nous inhalons des aérosols4 produits par les humidificateurs, les brumisateurs ou les systèmes de climatisation mal entretenus.

 

Elle s’attaque aux plus faibles

Lors de cette épidémie les patients souffraient de fièvre et de symptômes similaires à ceux de la grippe. Par la suite, plusieurs études scientifiques ont suggéré que les bactéries Parachlamydia acanthamoebae peuvent provoquer des bronchites et des pneumonies, en particulier chez les personnes dont les défenses immunitaires5 sont affaiblies (jeunes enfants, femmes enceintes, greffés ou malades sous chimiothérapie anticancéreuse).

 

 

Heureusement, les infections à Parachlamydia acanthamoebae sont rares : elles représentent moins de 4% de toutes les pneumonies. Elles sont bénignes chez les personnes en bonne santé et pour les autres, le traitement à l’aide d’antibiotiques6 est très efficace.

 

 

Chlamydia1 =Les chlamydia sont des bactéries dont il existe plusieurs espèces et qui peuvent provoquer diverses maladies. Une de ces bactéries, Chlamydia trachomatis est responsable d’une infection sexuellement transmise (IST) assez fréquente touchant environ 5% des personnes sexuellement actives en Europe. L’infection passe d’autant plus inaperçue qu’elle est souvent sans symptômes. Mais elle est contagieuse et peut causer une stérilité et des fausses-couches chez les femmes qui en souffrent.

Intracellulaire2 = se dit d’une bactérie qui pour survivre et se multiplier doit se trouver à l’intérieur d’une cellule. Il existe des bactéries intracellulaires strictes, qui ne peuvent pas se multiplier en dehors d’une cellule et des bactéries intracellulaires facultatives qui peuvent proliférer aussi en l’absence d’une cellule-hôte. Les bactéries intracellulaires strictes sont difficiles à cultiver en laboratoire et pour cette raison ne sont souvent pas détectées avec les techniques habituelles de diagnostic. 

Amibe3 = Petit organisme vivant, constitué d’une seule cellule capable de se déplacer et que l’on trouve naturellement dans notre environnement, en particulier dans l’eau ou les zones humides. Certaines bactéries et certains virus peuvent se multiplier dans les amibes et elles sont donc un réservoir de ces microbes.

Aérosols4= petites gouttelettes d’eau qui peuvent être transportées par le vent et les courants d’air et pénétrer dans nos voies respiratoires.

Défenses immunitaires5 = ensemble des mécanismes (anticorps, globules blancs,…) qui nous protègent des infections.

Antibiotique6 = médicament permettant de tuer les bactéries ou au moins de stopper leur croissance.
Les antibiotiques agissent sur les bactéries mais sont inefficaces pour traiter les maladies dues aux virus et aux parasites.