En forêt, quelques astuces pour éviter les piqures de tiques:

  • Mettons nos pantalons dans nos chaussettes. Les tiques ne pourront pas s’agripper sur la peau
  • Utilisons un répulsif anti-tiques sur les vêtements et sur la peau
  • Evitons de marcher ou de nous reposer dans les endroits où vivent les tiques, en lisière de forêt, en bordure des chemins, dans les buissons et les hautes herbes
  • Soyons particulièrement vigilants au printemps et en automne
  • Portons des vêtements couvrants de couleur claire. Les tiques y seront plus visibles et nous pourront les enlever avant qu’elles ne piquent

 

De retour de balade, un geste simple mais terriblement efficace: l’autocontrôle

N’oublions pas que les tiques ne transmettent des microbes que lors de leur repas de sang. Et le risque augmente si le repas dure plus de 24 heures. Il faut donc retirer la tique de la peau aussi vite que possible. De retour de balade, inspectons minutieusement toutes les parties du corps et en particuliers les endroits chauds et humides que les tiques affectionnent, comme le pli des genoux, les aisselles ou le cuir chevelu des enfants.

Et si je trouve une tique sur moi?

Pas de panique ! Retirez-là simplement à l’aide d’une pince fine. Une loupe peut aussi être utile. Saisissez la tête de la tique au ras de la peau avec la pince et tirez régulièrement, perpendiculairement à la peau. Puis désinfectez soigneusement l’endroit de la piqure.

N’utilisez surtout pas

  • d’huile ou de vaseline
  • d’alcool
  • d’éther ou de dissolvant
  • de colle ou de vernis à ongle
  • Ou d’autres produits chimiques

car ils augmentent le risque de transmission des microbes en faisant « vomir » la tique.

En cas de fièvre ou de symptômes faisant penser à la maladie de Lyme ou à l’encéphalite à tiques, consultez un médecin.

Contre l’encéphalite à tiques causée par le virus TBE,  il existe un vaccin sûr et efficace qui nécessite trois injections. Il est recommandé dès l’âge de 6 ans à toutes les personnes qui vivent ou séjournent temporairement dans les zones à risque pour cette maladie et à toutes celles qui travaillent en forêt (bûcherons, gardes-forestiers).